forum rpg city.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  Tumblr Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
COLD COFFEE 2.0
http://afteracoldcoffee.forumactif.org/ http://afteracoldcoffee.forumactif.org/ http://afteracoldcoffee.forumactif.org/

Partagez|

Heart on fire | KALEY ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
MOJO JOJO, bad b*tch

› pseudo, prénom : Nadko'
› âge : 21 ans
› emploi : Etudiante
› côté coeur : Est-ce que j'en ai un ?
› petites lettres envoyées : 377


Ma petite vie
To do list:
Rp : Non, pas tout de suite
Répertoire :

MessageSujet: Heart on fire | KALEY ♥ Mer 13 Mai - 14:33

If this is to end in fire
Then we should all burn together
Watch the flames climb high into the night
Calling out father, oh, stand by and we will
Watch the flames burn auburn on
The mountain side


THINGS WE LOST IN THE FIRE
M


La maison du bout de la rue. Une maison jaune et blanche aux allures de demeure familiale. Elle avait été rénové une fois en 1970 suite à la découverte d'un trou dans la toiture et puis une autre fois en 1987 lorsqu'un camion conduit par un homme saoul avait percuté toute la face avant, brisant portes et fenêtres. Cette maison avait une âme, une histoire , des gens y avaient vécus, des familles y avaient vécus avant qu'elle n'y emménage. Elle . Joey Chelsy Fleming : enfant unique de monsieur Fleming patron & fondateur de la chaîne d’hôtel Fleming. Jeune fille à la réputation plus que discutable, jeune fille qui criait plus fort que tout le monde pour qu'on ne voit qu'elle. Elle y vivait seule dans cette maison. Cette maison qui depuis toujours n'avait accueillit que des familles heureuses pour la plupart, avait accueillit cette fille au regard vague et hésitant mais au sourire permanent. Son père l'avait laissé la seule dans cette grande maison parce qu'il ne pouvait décemment pas la mettre à la rue. Pas parce qu'il avait une conscience, non, parce qu'il avait peur de ce que pourrait dire les gens. Parce qu'il avait peur des « dires ». Parce qu'il en avait pas voulu de cette fille, elle était le fruit d'une relation dont il avait honte : il avait toujours eut honte d'elle mais ne l'avait jamais dit. Ce soir pour tout le monde c'était cette peste de Joey Fleming qui brûlait comme à l'époque on brûlait les sorcières au bûché. Mais en vérité ce soir c'était la justice qui brûlait... C'était la souffrance qui se taisait, c'était la victime qu'on empêchait de parler et cela pour toujours … Joey Fleming n'aurait plus jamais l'occasion de parler, de dénoncer, de se raconter... Ce soir c'était finit.

***


Est ce que vous vous êtes déjà demandé ce qu'il y avait après la mort ? Moi souvent. Je me demandais si on allait tous au paradis si on avait été gentils ou si seulement on croyait en dieu. Je croyais en dieu ça c'était sur : il y avait quelqu'un la haut qui dirigeait le monde pour pas que ça parte totalement en vrille. J'ai toujours cru que j'irais en enfer, Mariza le savait je lui avait confié une fois. Je me souviens qu'elle m'avait dis que les enfants comme moi ne pouvaient qu'aller au paradis. Je me suis longtemps demandé ce qu'elle entendait par « comme moi », puis, plus grande, j'ai compris. Les enfants laissés et abandonnés de tous, les enfants qui souffraient en silence parce qu'ils trouvaient ça illégitime de se plaindre lorsqu'ils avaient tout (matériellement parlant) pendant que d'autres mourraient de faim. La mort m'a toujours effrayé et j'étais de ceux qui se disaient trop peureux pour se suicider et c'était vrais ! J'avais trop peur de ce qui m'attendais après : les flammes de l'enfer qui me consumeraient éternellement pendant que satan se foutrait de ma gueule ouvertement.
Ce soir je revenais d'une fête : encore une fois. J'avais encore bien bue, j'étais complètement torché. J'étais pas trop fatigué et prête à accomplir mon petit rituel. Mon pitoyable rituel. Je montais les marches qui menaient à l'étage très lentement : comme une enfant, une marche après l'autre. J'avais du mal à tenir debout alors j'enlevais mes chaussures. Je me dirigeais vers la chambre vide … La chambre qui avait été la sienne. Lui. J'avais tellement du mal à comprendre pourquoi j'étais comme ça depuis qu'il était partit. Je souriais moins, j'étais tout le temps pensive : comme si c'était devenu un fantôme et qu'il hantait mes pensées. C'était dur. Dur de m'avouer à moi même que je ressentais de la culpabilité moi qui était si indifférente d'habitude . Je ressassais ce qu'il s'était passé, son regard lorsqu'il était partit : ce regard de dégoût et de déception et chaque fois mon cœur se serrait. Puis il y avait eu cette fois … Cette fois ou on c'était retrouvé qui m'avait tué complètement. Cette fois ou nos lèvres s'étaient entrelacé plusieurs fois sans que je ne comprenne le sens de ce qu'il se passait. Chaque fois que j'y pensais j'avais une sensation étrange dans le bas de mon ventre et au creux de mes reins. Et je m'en voulais de vouloir qu'il soit la pour recommencer encore et encore. Je me haïssais, j'étais devenu ma pire ennemie. Je m'interdisais de ressentir tout ça mais tout les soirs c'était la même chose . J'allais dans sa chambre , je m'allongeais dans son lit et je fermais les yeux. Il avait été la … Je me le répétais encore et encore comme si ça me rassurait. Il avait été la . La plupart du temps je m'endormais mais ce soir j'avais décidé de m'allumer un joint que j'avais dans la poche ...Le dernier. J'inspirais une taffe , puis une autre et je sentais que le sommeille voulait m'emporter. Il avait été la . Une autre taffe puis je laissais pendre mon bras au bord du lit. Je voulais fermer les yeux un peu , juste un quart de seconde. Juste un quart de seconde . Je la sentit glisser de mes mains mais comme trop fatigué je n'y prêtai pas attention. Il avait été la. J'avais été la .

***

Le feu est vicieux. Une fois la cigarette tombé au sol il avait fallut très peu de temps avant que les flammes ne prennent possession des lieux. C'était une vieille maison et pas ma des objets étaient en bois. Ce fut d'abord un des dessins de Kaleb puis des vêtements, puis la commode, les rideaux... La maison était en train de se consumer de l’intérieur. Comme l'avait fait Joey pendant plusieurs années mais maintenant c'était finit. Il était tard personne n'avaient encore vu. Personne n'avait remarqué que la maison du bout de la rue mourrait à petit feu et on aurait pue croire que Joey aussi … Mais elle était à demi consciente, ne bougeant plus son corps trop faible, elle se savait perdue . Elle préférait se laisser brûler que de lutter. Une larme coulait sur la joue de la belle tandis qu'elle se laissait peu à peu asphyxier par la fumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

› âge : 22 bougies
› emploi : Assistant pédagogique/Artiste peintre de rue/Bodyguard pour le réseau de Kristjan
› côté coeur : Célibataire... Et plus si affinité
› petites lettres envoyées : 345


Ma petite vie
To do list:
Rp : Oui, je suis ouvert(e) à tout
Répertoire :

MessageSujet: Re: Heart on fire | KALEY ♥ Mer 13 Mai - 17:29

JOEY      KALEB
"I see fire, Blood in the breeze and I hope that you remember me"
J'étais minable. Comme dans pas mal de nuit dans ma vie. J'avais depuis un certain temps le don de me mettre complètement minable, de toutes les manières possibles. C'était grave apparemment mais je n ele voyais pas de cette œil là. J'en vais trop besoin. La journée ça pouvait aller, mais une fois que la nuit montrait le bout de son nez, ma véritable nature refaisait surface ; une sorte de mort vivant qui recherche désespérément à ressentir quelque chose. Car oui, je ne ressens plus rien. Je n'ai même pas le souvenir de la dernière fois que j'ai réussi à ressentir quelque chose... Si, je m'en souviens. Malheureusement pour moi. Pourquoi faut-il que ce soit à ce moment là. Toujours avec Elle. C'est surprenant de voir à quel point notre lien à évolué. Partant de simples personnes ayant une personne commune dans leur relation, on a réussi à tisser un truc que l'on voulait pas nommé comme amitié mais ça l'était tout de même. Puis de fil en aiguille on s'est rapprochait. Quitte à se blesser des fois. J'aurais jamais cru pouvoir me rapprocher autant et qu'elle ait une si grosse emprise sur moi. Je la revois me sauter sur le dos des que l'occasion s'y prêtait. Me tirer les cheveux... Et de temps à autres me prendre dans ses bras. Je soupirais en y repensant un léger sourire aux lèvres. Ces nuits à tenter de la raison pour qu'elle dorme en vain, où je finissais même par m'assoupir sur son matelas au sol. J'avais réussi à trouver un endroit que je considérais... Pas comme mien mais dont je me sentais un peu important. Toutes ses batailles et ses noms d'oiseaux jeté pour s'amuser et quelques fois ce débarrasser du mal que l'on ressentait. On avait réuni le feu et la glace au même endroit ça ne pouvait que faire des chocapik... Si différents mais tellement complémentaire, c'est comme ça que je nous voyais. Elle m'avait complètement rendu fou certaines fois, pourtant était secrètement ma plus grande source d'inspiration. Cette fille était complètement taré, contradictoire et bizarre. Mais c'est ce qui la rendait si unique. Et ça me tuait dans ma fierté de l'avouer mais elle me manquait. Les seuls moment de « bien-être » que je pouvais ressentir était tout simplement tous ses souvenirs que je ressasse en pensant à elle. Tous ses moments partagés, les bons comme les mauvais. Nos rires, nos cris, nos bagarres, et notre vrai nature. Honnêtement, personne n'avait jamais cherché à creuser comme elle l'avait fait. Je ne dis pas que je lui ai vraiment laissé mais elle savait plus de chose que moi que le ¾ des personnes que je connaissais. Malgré moi, elle avait réussi à me faire avancer. A me faire voir qu'au delà des problèmes que l'on a on peut trouver des choses et des gens drôles et cool, même en ayant un très mauvais point de départ. Et pourtant, avec tout ce que ça m'apportait j'avais quand même réussi à gâcher ça. C’est pour cela que je faisais taire ses souvenir qui me hantaient. J'avais pas envie de revoir sans cesse tout ce bonheur dans mes yeux, ce rire cristallin qui n'avait rien à voir avec celui qu'elle avait quand elle faisait croire aux autres qu'elle était ce qu'elle n'était pas : une cruche. J'avais pas envie de me rappeler à quel point j'étais heureux avec elle , à quel point point elle me faisait sentir vivant. Non je voulais pas revoir, ses petits bras autour de ma taille, nos regards se chercher et rechercher l'impact qu'on avait sur l'autre par nos paroles. Je me donnais envie de vomir à chaque fois que j'y pensais. Je crois que c'est ce qu'on appel communément de la nostalgie, ou de la mélancolie. Mais je n'aimais pas ça, bien que ce soit la seule manière que j'avais pour me prouver que j'existais encore. Que je ressentais encore quelque chose. Après le fait de la voir en face à face. La dernière fois que cela était arrivé... Je ne savais pas quoi faire tant elle me bouleversait. Elle avait une réelle emprise sur moi et j'en ai pris conscience à ce moment là. Je n'aurais jamais cru pouvoir être déstabilisé aussi simplement par une femme. Et pourtant... Si cela restait mon seul moyen de restait en vie, souffrir, je pense préféré rester un légume émotionnel... Plus rien ressentir. Tout éteindre une bonne fois pour toute et arrêter d'être à la quête de quelque chose qui me fait souffrir.

….

Je sortis le goulot de la bouteille de scotch que j'avais à la bouche. M'essayant maladroitement la bouche. Je regardais la bouteille déjà à moitié vide. Je ne m'étais pas vu faire et soupirais bruyamment. À cette allure j'allais faire un tour soit à l’hôpital soit chez les alcooliques anonymes. Mais moi par rapport à eux, je savais que j'avais une dépendance, et c'est tout simplement pour effacer cette dépendance que je m'en créais une nouvelle avec l'alcool, du moins, je le savais en présence d'alcool. Je finis par lever les yeux pour regarder ou j'avais atterri. Pensif comme je l'étais je ne cherchais absolument pas à observer ou j'allais et une fois le lieu analysé je restais stupéfait. Je ne savais pas si à force de penser à elle ça avait donné cette équation ou si mes jambes avait fini par en avoir marre d'entendre parler d'elle dans tout le reste de mon corps. Mais j'étais à l'entrée de l'avenue ou résidait Joey. Comment étais-je arrivé ici ? Je ne savais pas, mais j'y étais maintenant. J'aurais pu rebrousser chemin, mais j'en avais pas vraiment envie. J'observais le quartier toujours aussi calme encore un peu sous le choc de mon arrivé, avant de commencer à traverser l'avenue en direction de chez elle. Il m'arrivait quelquefois de passer par là et de regarder 'extérieur du bâtiment, sans rien faire, à part admirer le lieu en tentant d'avoir le même regard que j'en avais avant de m'y installer. C'est assez spécial comme idée mais je me dis qu'en regardant les lieux d'un regard étranger peut-être que ça me touchera moins au fur et à mesure. En tout cas je l'espérais assez fortement. Je me rapprochais donc de chez mon ex-colocataire, et plus je me rapprochais, plus une odeur de brûlé me parvenait. Je fronçais un peu les sourcils comprenant pas trop, puis un brouillard sombre épais commençait à ce faire voir à quelques maisons de là, l'écarquillait espérant que c'était quelqu'un qui faisait un barbecue, bien qu'à cette heure-ci j'y croyais pas trop. Je pris une marche rapide puis beaucoup trop inquiet je me mis à courir espérant le plus fortement possible que ce ne soit que le fruit de mon imagination, mais malheureusement, ça ne l'était pas. Et une fois devant, je m'en rendis bien compte. Je lâchais ma bouteille, sous le choc, le cœur sur le point d'exploser. Un incendie c'était déclaré à l'étage, dans ce qui devait être ma chambre à l'époque. Non ça peut pas être ça, non putain. Je paniquais comme jamais je l'avais fait avant. Elle pouvait me détester mais je ne pense pas que ce serait aller jusqu'à brûler sa propre maison volontairement. Je vois le feu.
« Joey !! Joey !! Putain répond moi !! »
Je me rapprochai de la porte, lui assignant des grands coups d'épaules et de pieds, par chance elle n'avait pas fermé à clé et au bout de quelques coups elle s'ouvrit. Une fois à l'intérieur tout était fumeux et il était impossible de voir quoi que ce soit. Dieu merci je connaissais les lieux quasiment par cœur à force d'avoir Joey sur mon dos à me fermer les yeux avec ses mains. Je pris un vieux vêtement qui traînait par terre et le mis devant ma bouche et mon nez avant de monter à l'étage.
« Joey tu m'entends ??? »
Aucune réponse. J'espérais qu'elle n'était pas là et qui ne lui était rien arrivé de mal. Mais je ne pouvais être serein que lorsque j'en aurais le cœur net. Je commençais par aller voir dans sa chambre les toilettes et la salle de bain déjà ouverte et je n'y voyais personne. Ce fut aussi le cas de sa chambre. Je rentrais alors dans la pièce à l'origine de l'incendie. J'étais à la fois et effrayait, stressé et énerve contre moi-même car la belle était allongé là, en pleins milieu de la pièce. J'aurais du venir ici en premier qu'est-ce que j'étais bête ! Entre temps le feu s'était embrasé encore plus, et la voir inerte comme ça... J'étais mal.
« Putain de merde !! »
Je retirais mon t-shirt commençant à étouffer les flammes trop proches, lorsque je m'avançais. Je sentis certaines de mes locks perdre quelques centimètres touché par les flammes, mais ce qui m'importait à l'heure actuelle c'était de la sortir de là. Je m'empressai de la prendre dans mes bras et de lui mettre le tissus sur la bouche et le nez, histoire d’empêcher la fumée de pénétrer d'avantage dans ses poumons. Je la serrais fortement contre moi, le cœur battant comme jamais auparavant m'en foutant complètement des flammes qui me touchait de temps à autres.
« Jo', me lâche pas pitié me lâche ! T'as pas le droit de faire ça maintenant !! Je suis là... »
Nous deux, seuls au centre de l'enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MOJO JOJO, bad b*tch

› pseudo, prénom : Nadko'
› âge : 21 ans
› emploi : Etudiante
› côté coeur : Est-ce que j'en ai un ?
› petites lettres envoyées : 377


Ma petite vie
To do list:
Rp : Non, pas tout de suite
Répertoire :

MessageSujet: Re: Heart on fire | KALEY ♥ Mer 13 Mai - 19:21

Now go on and drift away
The tide can hold you out
Go quiet now
Go sound go safe
Open hands are hard to hold onto anyway
Anyway


Dans beaucoup de film on pouvait voir ce qu'il se passait quand on était entre la vie et la mort. Quand notre corps avait reçu un traumatisme tel qu'il voulait abandonné, mais que notre âme bien trop attaché à la terre mère ne voulait pas quitter ce monde. Certains pensaient qu'on quittait notre corps l'espace d'un instant et qu'on voyait les choses se passer de l’extérieur, d'autre pensait qu'on rendait visite à dieu et qu'on négociait pour un plus long séjour parmi les vivants. Mais la vérité était tout autre. On ne voyait rien, on ne sentait rien, notre corps lâchait et nous faisait sombrer dans un profond sommeille. Parfois on rêvait et se rêve nous paraissait tellement vrai , tellement réaliste qu'il en était proche de la réalité, de ce qu'il se passait vraiment … Ce n'était pas vraiment ce qu'il s'était passé pour Joey ...

***

Perdant peu à peu connaissance je pensais à tout ce que j'allais laisser sur cette terre alors que je toussais presque à en cracher du sang. Je pensais à Mariza . Je pensais à tout ce qu'elle avait sacrifier pour moi, tout ce qu'elle avait fait pour que je ne manque de rien. Je pensais à ce qu'elle allait faire lorsqu'elle apprendrait ce qu'il m'étais arrivé : elle ne s'en remettrait jamais j'en étais persuadé et cette idée me tordit le cœur. Je pensais à sa fille qui allait avoir trois ans bientôt et qui plus tard n'aurait sûrement plus aucuns souvenirs de moi. Je pensais aussi à mon père . C'était dingue mais c'était vrais. La plupart du temps lorsque j'étais petite et que je pensais à la mort je me posais cette question : « es que papa serait triste si je mourais ? » . La réponse à cette question je ne l'avais jamais eus, d'une parce que je ne l'avais jamais posé et de deux parce que  j'évitais de trop y penser … Je ne voulais pas me torture l'esprit. Puis évidement je pensais à lui … Lui à tout ce qu'il était et ce qu'il n'était pas . A son sourire … A son putain de sourire qui faisait louper un battement à mon cœur à tout les coups. Lui et toutes ses complications qu'il avait emmener. Je ne voyais pas ma vie défiler comme ils le disaient, je voyais les gens qui m'avais marqué, les moments que j'avais passé avec eux. Je me voyais dans le grand parc jouer avec Mariza, les yeux brillant un noël lorsque mon père m'avais fait la surprise de rentrer à la maison. Je me voyais sauter sur le dos de Kaleb, inspiré son parfum en secret le serrer contre moi faisant passé çà pour autre chose que ça ne l'était. J'avais envie de hurler. J'avais envie de me lever maintenant que toutes ses pensés me revenaient mais c'était trop tard . Je plongeais déjà dans l'inconscience et me laissais emporter. Ce qu'il se passa par la suite était surprenant. De l'eau … Quelqu'un éteignait le feu … Le soleil se levait et quelqu'un sonnait à la porte de la maison et j'étais capable de me lever comme si rien ne s'était passé. Je descendis en bas et ouvris la porte et tomba face à Kaleb. « Je supporterais pas d'être seule à nouveau Kaleb. Je suis désolé de t'avoir fais passé pour un con. Si j'ai fais ça c'est parce que … J'ai pas l'habitude qu'on me prête une quelconque importance. Je suis une fille de passage pour les garçons, une fille avec qui on s'éclate pour les filles et une fille qu'on aurait préféré ne jamais avoir connu pour mon propre père. Samuel je sais très bien qu'il se fou de ma gueule, je sais très bien que je passe pour une gourde mais c'est le genre de mec que j'ai fréquenté toute ma vie et on m'a jamais donné l'impression que je méritais mieux ... » ; (citation de ) ça sortait tout seul de ma bouche et je me sentais soulagé. C'était secrètement ce que j'aurais voulu lui dire . Mais étais-je en train de rêver ou étais-je bien dans la réalité ? Kaleb me prit dans ses bras et me serra assez fortement. J'étais bien la . Oui j'étais bien .

***


Mais la réalité était tout autre. La réalité c'était que Joey rêvait et partait petit à petit elle s'en allait parmi les anges. Elle lâchait prise petit à petit la inerte sur le lit de celui qui n'était plus là. Elle aurait pue mourir dans la nuit sans que personne ne s'en aperçoivent. Mais dans le voisinage les gens commençaient à sortir, mais bien avant Kaleb avait surgit de nulle part. Il s'était précipiter vers la maison en espérant qu'il ne soit pas trop tard malheureusement la belle dans ses bras était inanimé elle avait déjà perdue connaissance. Des sirènes de pompiers se faisaient bientôt entendre au loin et alors que Kaleb sortait de la maison tout les gens du voisinage l'observait lui et le corps inerte de Joey dans les bras. Ils étaient tous sidéré par la scène comme si ils n'avaient jamais rien vu de plus choquant que ça. Comme si c'était lui qui l'avait tué. Très vite les pompiers arrivèrent sur le lieu de l'incendie et se précipitèrent sur les deux « victimes » des flammes. Un des pompiers allongea Joey sur un brancard l'arrachant presque des bras de Kaleb. « Monsieur vous allez bien ? Vous avez été brûlé ? » ; demandait un des ambulancier à Kaleb. Les pompiers de l'autre camion avait déployé de quoi éteindre l'incendie, il y en avait même qui était entré dans les lieux. « Suivez nous on vous emmène avec nous ... » ; enchaîna l'ambulancier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

› âge : 22 bougies
› emploi : Assistant pédagogique/Artiste peintre de rue/Bodyguard pour le réseau de Kristjan
› côté coeur : Célibataire... Et plus si affinité
› petites lettres envoyées : 345


Ma petite vie
To do list:
Rp : Oui, je suis ouvert(e) à tout
Répertoire :

MessageSujet: Re: Heart on fire | KALEY ♥ Sam 23 Mai - 18:18

JOEY      KALEB
"I see fire, Blood in the breeze and I hope that you remember me"
Pour le coup, j'étais KO, mais je préférais être dans cet état plutôt que de la perdre... L'idée qu'une chose pareille puisse arrivé... Non je le supporterais pas... Malgré tout ce que j'ai pus dire sur elle, elle est important et précieuse... Beaucoup trop précieuse pour disparaître maintenant. Je n'étais pas celui qui était sur la civière pourtant je voyais ma vie défiler devant mes yeux, pas ma vie depuis la naissance, non, c'est bien plus que ça, ma vie depuis que je l'ai rencontré. Tout nos moment de complicité, tous nos fou rire. Tout nos cris, engueulade. Et réconciliation. Tout ce bonheur qu'elle m'a offert, peut-être inconsciemment. Je n'en sais pas trop rien. Mais je sais une chose, elle m'a montré ce qu'est un monde lorsqu'il est coloré. Ce qu'est la vrai joie. Ce qu'est d'attendre qu'une personne vienne avec impatience. Elle avait fait revivre une partie de moi, que je pensais inexistante. Je me sentais bien avec elle... Et peut-être que cela était fini. Peut-être que cela ne recommencera jamais.. Tout ça parce que je n'ai pas été assez vigilent avec elle. Tout ça parce que j'ai préféré laissé mon ego l'emporter face à mes besoins. C'était qu'une enfant putain ! Pourquoi fallait-il que la vie soit si injuste !! Je la déposais au sol au même moment tentant de lui faire une réanimation cardiaque, mais à peine avais-je commencé que les autorités compétentes était arrivés sur les lieux. Ils me poussèrent doucement sur le côtés et je les regardais faire, impuissant. Je n'aimais pas cette sensation, l'impuissance, regarde la personne qui aura été la plus importante durant ses derniers mois, et la voir là, même pas sur qu'elle soit en vie, et la seule chose à faire c'est attendre. Je tenais ma tête, les regardant faire, la panique, le stress et la pression sous la gorge, j'étais tellement mal, mon cœur était sous le point d'exploser, et mes nerfs de lâcher. Je sentis des gouttes ruisseler le long de mes joues, je reniflais discrètement, ne prenant pas la peine de les essuyer les yeux rivés sur le corps inconscient de mon amie. Je n'avais jamais lâché une quelconque émotion face à personne, et je me retrouvais aujourd'hui à lâcher des larmes face à cette foule de gens. C'est qu'elle avait une importance pour moi que je n'imaginais pas. Je me sentais abandonné. Je ne savais pas quoi faire.
« Alors ?! Elle va comment ?! »
Leur criais-je dessus trop inquiet pour faire quoi que ce soit d'autre. Le personnel me pria de reculer ce que je ne fis bien sûr pas en avançant d'avantage près d'elle. Et à chaque fois qu'un d'entre eux vient me pousser je le poussais aussi pour pouvoir être au plus près d'elle. JE ne voulais pas me calmer, j'avais besoin de savoir comment elle allait. Si elle allait s'en sortir ou au contraire... J'avais besoin de réponse. J'étais faible. À cet instant, j'étais l'être le plus faible du monde. J'étais sur le point de perdre ma force. J'avais du mal à me canaliser à ce moment précis. J'avais d'exploser, d’hurler, de tout casser et ensuite me réveiller pour me rendre compte que tout cela n'était qu'un rêve. Qu'elle était encore à mes côtés. Qu'elle me réveillerais en sautant sur mon matelas, que demain sera un jour joyeux, pleins de rire. Mais non, tout cela était bien vrai, et cette réalité me brûlait et me tuais. A tel point que je ne m'étais pas vu cogner leur ambulance aussi violemment.
« Dit-moi qu'elle va bien !! Dites-moi qu'elle va bien putain !! »
Ma voix n'a jamais était si chevrotante.
« Je veux pas la perdre... Pas elle...  »
Je mis mes mains sur mon visage en espérant aussi fort que je le pus que ce cauchemar allait s'arrêter. Quelques pompiers vinrent vers moi et tentèrent de me calmer et de me canaliser... Mais ce qu'ils ne comprennent pas c'est qu'il n'y a qu'elle qui puisse faire ça...
Quelques instant plus tard une ambulance fit son arrivé. Ça permit au pompier de ce concentrer sur le feu et ils dirent aux ambulanciers de me surveiller. Je regardais le jeune homme face à moi avec peu d’intérêt.
« C'est pas ce qui importe pour le moment. Occupez-vous d'elle. »
Lui dis-je presque sèchement en regardant Joey encore inconsciente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MOJO JOJO, bad b*tch

› pseudo, prénom : Nadko'
› âge : 21 ans
› emploi : Etudiante
› côté coeur : Est-ce que j'en ai un ?
› petites lettres envoyées : 377


Ma petite vie
To do list:
Rp : Non, pas tout de suite
Répertoire :

MessageSujet: Re: Heart on fire | KALEY ♥ Mar 30 Juin - 22:44

Un pouls. Boum. Boum. Boum. Presque inaudible , filant, imperceptible mais bien présent. Il était la. La seule chose à laquelle il fallait s'accrocher, la seule chose qui montrait qu'elle se battait. Le pompier Max assistait affolé mais compréhensif à la crise d'angoisse que faisait Kaleb. Il avait été peut-être touché par le feu, son collègue était partit pour lui demander si allait bien mais tout ce qu'il voulait savoir c'était si Elle allait bien. Il comprenait Max, il avait presque vécu la même chose lorsqu'il avait eu cet accident de voiture avec sa fiancé il y a trois mois. Il se fichait de la douleur qu'il ressentait dans l'épaule : tout ce qui lui importait c'était l'état de celle qu'il aimait. Peu importait ce qui unissait ses deux jeunes gens, il ferait en sorte de ne pas les séparer. « Si vous ne voulez vraiment pas la perdre gardez votre sang froid et montez vite dans le camion il faut qu'on l'emmène d'urgence à l'hôpital. Elle aura besoin de vous pour se battre ... » ; il savait les mots qu'il fallait employé pour le faire coopéré. Tant pis s'il avait été touché on pourrait l'examiné une fois à l'hôpital, le tout c'était qu'il fallait qu'il monte dans ce camion. Camion dans lequel il avait violemment cogné et laissé une trace.
Max mit un casque couvrant le nez et la bouche de la demoiselle. Il la regardait cherchant le moindre signes, le moindre geste qui pourrait ramené de l'espoir. Il savait que ses poumons devaient être dans un sale, remplit de suit, de fumer noire... Elle avait été asphyxié mais dans son cœur Max espérait qu'il avait face à lui une battante : que ce soir il y aurait un miracle... Le chemin parût interminable, une fois à l'hôpital ce fut la cohue. Max qui poussait le brancard à l'intérieur des urgence fit signe à ses collègues de prendre en charge le jeune homme.
« Des médecins compétents vont s'occuper d'elle ne vous inquiétez pas Monsieur elle est entre de bonnes mains. » ; dit un des pompiers se mettant face à Kaleb. « Je sais que vous etes inquiet, mais la il n'y a rien d'autre à faire qu'attendre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

› âge : 22 bougies
› emploi : Assistant pédagogique/Artiste peintre de rue/Bodyguard pour le réseau de Kristjan
› côté coeur : Célibataire... Et plus si affinité
› petites lettres envoyées : 345


Ma petite vie
To do list:
Rp : Oui, je suis ouvert(e) à tout
Répertoire :

MessageSujet: Re: Heart on fire | KALEY ♥ Mer 8 Juil - 13:02

Au point où j'en étais, je me fichais complètement de tout leur dire. De leur connerie, de mettre brûler ou que sais-je d'autre. Toutes ses choses me paraissait tellement superficiel alors que sa vie était en jeu. Tout ce qui comptait pour moi à l'heure actuelle était là, allongé sur un brancard sous aide respiratoire. Qui aurait pu croire qu'à un moment ou un autre de sa vie elle paraîtrait si faible, fragile et inoffensive. J'aurais du venir plus tôt ! Putain! Si j'avais pu lever mon cul d'égocentrique peut-être qu'elle serait encore consciente. Qu'elle serait pas allonger en pleins milieu de la rue offrant comme ça un spectacle des plus tristes devant une foule qui dans le fond est là sans l'être vraiment. À un moment, un pompier vint me parler mais ses paroles n'entrait absolument pas de ce qui me servait de cerveau. Enfin, il me fallut plutôt un moment pour me remettre de tout ça et analyser chacune des choses qu'il me dit. Après avoir approuver, j'entendais des petit brouhaha dans la foule. Et à un moment je cru entendre un “c'était mérité. A force de...” malheureusement je n'eus pas le temps de régir car on me poussa vers le dit camion. Je montais avec le regrès de ne pas avoir trouver celui qui avait dit ça. Le trajet me parut être une éternité, même si je m'eforçais de garder mon calme. Je tenais sa main comme pour marquer ma présence et la dissuader de disparaitre. Une fois arrivé à l’hôpital on me sépara d'elle une nouvelle fois. Non pas encore! Je poussais les chargés de mes soins pour essayer de la rattraper.
“Non! Je dois rester avec elle! Elle a besoin de moi!”
Je finis par être dompté par 3 vigiles des urgences. Après avoir était ''discipliné'' par les gorilles, ils me sortir le discours habituel. Je les regardais dans les yeux presque désespéré.
“Vous comprenez pas... C'est ma faute si elle est dans cet état... J'y suis pour quelque chose dans son état. Je veux pas la perdre. Elle... Elle mérite pas de partir maintenant. Comme ça. Laissez moi être près d'elle. Je pourrais pas être tranquille en ne la voyant pas.”
Depuis le début c'est le premier discours censé que je tenais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MOJO JOJO, bad b*tch

› pseudo, prénom : Nadko'
› âge : 21 ans
› emploi : Etudiante
› côté coeur : Est-ce que j'en ai un ?
› petites lettres envoyées : 377


Ma petite vie
To do list:
Rp : Non, pas tout de suite
Répertoire :

MessageSujet: Re: Heart on fire | KALEY ♥ Mer 8 Juil - 16:57

Le temps. Une chose si précieuse, une chose si effrayante. Hier encore la belle Joey tenait sur ses deux jambes la voilà sur une table d'opération. En quelque heures, parfois même en quelques minutes les choses peuvent prendre un tout autre tournant. Personne ne pouvait savoir à quel point, dans cette salle d'attente, le temps pesait sur les épaules de Kaleb. Personne ne se doutait à quel point il le redoutait ce moment ou les médecins viendraient lui dire ce qui en était et pourtant il n'espérait que ça. Une heure . Deux. Un souffle. Une vie récupéré de justesse …
*
C'était comme si tout d'un coup tout mes sens étaient amplifié. J'étais dans une salle aux lumière tamisé et j'entendais des bip bip du côté de mon oreille droite. J'avais des tuyaux dans mon nez. Je mis un moment avant de resituer les événements dans l'ordre chronologique. Une infirmière surgit de nulle part et me regardait un sourire aux lèvres. « Comment allez vous mademoiselle ? Vous vous souvenez de tout ce qu'il s'est passé? Vous avez été ... » - « Je … Je sais .Je vais bien je crois. » . Elle vérifiait tout ses truques branché à moi et je la regardait faire. Regarder c'était tout ce que je pouvais faire de toute manière. J'en profitais pour regarder mon corps, je le regardait presque comme si ce n'était pas le mien. J'avais un bandage tout autour de l'avant bras gauche. « Qu'es que c'est ? » ; demandais-je en regardant mon bras. « Vous avez été brûlé superficiellement, rien de grave. » . Je soupirais. Quel idiote j'étais, j'avais foutu le feu à ma propre maison. Qu'es que mon père allait bien pouvoir dire ? Il allait me traiter de gamine inconsciente comme d'habitude. J'aurais mieux due mourir que de rester en vie pour entendre son discours moralisateur. « Je vais prévenir votre ami. » ; je fronçais les sourcils l'air de ne pas comprendre ce qu'elle disait. « Quel ami ? » - « Oh. C'est un jeune homme qui vous a tiré des flammes de votre maison. » ; mon cœur battait plus fort d'un coup. « J'ai oublié son prénom. Mais il refuse de se faire examiner essayé de le convaincre de se laissé faire. Mais je penses qu'en vous voyant réveillé il sera rassuré déjà. » ; j'étais perdu, je l'écoutais mais je ne savais pas de qui elle parlait. Ca pouvait être n'importe qui mais étrangement j'espérais que ce ne soit qu'une seule et unique personne. Elle s'en alla de la pièce et quelque minute plus tard je le vis, lui. C'était lui … Il m'avait sauvé … Oui j'étais sauvé. D'un coup c'était comme si mille ans de tristesse s'abattaient sur moi et un torrent de larmes incontrôlable vint m'accabler. Mes deux bras ramené contre ma poitrine comme pour calmer mon cœur, j'étais si faible. Si faible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

› âge : 22 bougies
› emploi : Assistant pédagogique/Artiste peintre de rue/Bodyguard pour le réseau de Kristjan
› côté coeur : Célibataire... Et plus si affinité
› petites lettres envoyées : 345


Ma petite vie
To do list:
Rp : Oui, je suis ouvert(e) à tout
Répertoire :

MessageSujet: Re: Heart on fire | KALEY ♥ Jeu 9 Juil - 18:20

La nuit à vraiment été longue. Je pense même que ce fut la nuit la plus longue de toute ma vie pour le coup. J'étais mal, et ça faisait maintenant quelques heures que les quelques brûlures que je m'étais fait ce faisait ressentir, et je pense que ça se voyait car pendant toute les demi-heures depuis toute la moitié de la nuit et ce jusqu'à présent, les médecins venaient me proposer au moins des anti-inflammatoires que je refusais par un bref regard dans leur direction. Je ne tournais même pas la tête, j'en avais pas envie. Et si je le faisais je risquais de devenir très désagréable. Il fallait mieux que je ne parle plus, oui. Et, attendre. Pour attendre j'ai attendu ça je suis sûr. Osant à peine demander à quelques infirmière que je voyais sortir de la chambre de Joey comment allé son état de santé. Et toute me répondait la même chose, comme si elle lisait un texte avant de sortir de cette pièce : ''son état de santé s'est stabilisé mais il faut attendre encore quelques heures pour en etre sur, ça peut durer un certain temps qui est aléatoire'' des fois elles ajouté des trucs pour essayer de me rassurer mais j'arrêtais de les écouter dans ce cas-là. J'étais un habitué des drames. Mais mes drames arrivé généralement avant que je ne m'attache sincèrement à une personne. Mais pour le coup, je m'étais bien fait avoir. Ce n'est qu'à ce moment précis, qu'au moment entre mes mains ou elle était entre la vie et la mort que je réalisais que je m'étais pas attaché... Je l'avais dans la peau putain. Et maintenant ça me rongeais de toute part, m'empêchant de dormir, de bouger, de survivre. Je pouvais pas faire ses choses là si en contre partie je venait à la perdre, définitivement. C'était inconcevable pour moi. Et la douleur que je ressentais sur mon corps meurtrie n'était rien encore face à ce que j'en durais psychologiquement face à l'idée qu'elle aille rejoindre les cieux. Après une nuit blanche et un début de matinée à prier tout les saints de l'univers, une dame vint m'informer du miracle t'en attendu. J'écarquillais les yeux, choqué par ses propos, comme si elle n'avait pas vraiment dire ça. Comme si  je l'avais rêvé je lui demandais de répéter ce qu'elle venait de dire une nouvelle fois. Et encore une fois mon cour rata un battement, mais cette fois-ci je me levai me dirigeant vers sa chambre. Je ne pris même pas le temps de toquer. Et je restais là, sur place, admirant ce miracle les yeux brillant. Je n'arrivais pas à bouger. Admirant cet ange qui avait accepté de rester parmi nous encore quelques temps. Mais d'un coup, son visage se décomposa et des larmes ruisselèrent sur son doux visage. Je me rapprochais alors instinctivement d'elle et la prise dans mes bras. Même si dans le fond, je craignais de lui faire encore du mal en m'approchant d'elle d'aussi près.
"Calme toi princesse... C'est terminer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MOJO JOJO, bad b*tch

› pseudo, prénom : Nadko'
› âge : 21 ans
› emploi : Etudiante
› côté coeur : Est-ce que j'en ai un ?
› petites lettres envoyées : 377


Ma petite vie
To do list:
Rp : Non, pas tout de suite
Répertoire :

MessageSujet: Re: Heart on fire | KALEY ♥ Dim 12 Juil - 18:55

Jamais je ne m'étais sentis si mal. C'était comme un mélange cumulé de peur et de tristesse. Un mélange détonant. J'avais tellement mal que c'était comme si des millions de couteaux se plantaient simultanément dans mon cœur alors j'avais besoin d'être contenu. J'avais besoin que ça s'arrête. Je me repliais sur moi même et tandis que je pensais être seule face à cette peine soudain il s'approcha. Mais il ne fit pas que s'approcher, il me prit dans ses bras. Je ne sue comment réagir tellement ce geste était inattendu. J'avais des frisson : sa peau touchait la mienne à certain endroit et ça me réchauffait tout doucement. Mes sanglots ne se clamait pas, je tremblait de partout et, progressivement, j'acceptais cette étreinte. Je passais un bras autour de son cou , puis l'autre, puis ma main se posait sur ses cheveux. « Kaleb ... » ; je tentais de parler mais c'était difficile de reprendre mon souffle. « Kaleb je … Pardon... » ; je ne savais pas pourquoi je m'excusais, c'était tout ce qui sortait de ma bouche pour le moment. Je me calmais tout doucement progressivement le gardant dans mes bras jusqu'à ce que mes sanglots s'apaise. Je m'éloigna un petit peu nos visages étaient face l'un à l'autre à quelques centimètre de distance. J'avais le regard vers le bas et mes mains cherchaient un moment les siennes avant de les trouver. « Pourquoi … Je méritais pas que tu me sauve Kaleb je ... » ; j'avais posé mes mains sur les siennes et les avaient retiré aussitôt. Je m'éloignait de lui me recroquevillant sur moi-même à nouveau mais cette fois-ci plus calme. Il avait risqué sa vie pour moi alors que tout ce que j'avais jamais fais c'était gâché sa vie. Je me dégouttais soudainement. « J'aurais du mourir simplement... » ; dis-je sans émotion dans la voix et baissant la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

› âge : 22 bougies
› emploi : Assistant pédagogique/Artiste peintre de rue/Bodyguard pour le réseau de Kristjan
› côté coeur : Célibataire... Et plus si affinité
› petites lettres envoyées : 345


Ma petite vie
To do list:
Rp : Oui, je suis ouvert(e) à tout
Répertoire :

MessageSujet: Re: Heart on fire | KALEY ♥ Sam 18 Juil - 17:59

Je la voyais là, sans pour autant qu'elle y soit vraiment. Perdue, abandonné comme jamais elle ne l'a été. J'avais l'impression que même son âme avait quitté le navire. C'était tel que même la regarder dans les yeux en était douloureux : Ils étaient vides, plus rien ne s'y reflétaient. Cependant, je n'allais pas la laisser la sans agir. Elle avait besoin de moi et je le sentais dans le fond. Même si elle ne le dirait sûrement pas. Mais à ce moment précis elle avait besoin de sentir quelqu'un près d'elle la prendre dans ses bras. Sentir qu'elle était bien de ce monde-ci et qu'elle revenait de loin. C'est dure à croire mais les gens comme nous, qui cherchons à montrer à tout bout de champs que l'on est plus fort que ce que l'on pense, on a encore plus besoin d'être couvert. Dans le fond, c'est pour cacher des douleurs profondes, pour ne plus avoir avoir à ressentir ce sentiment. Je connaissais les raisons qui me pousser à être comme ça. Mais pour Joey, je n'en savais pas beaucoup la dessus. Et pour dire vrai, elle joue cette carte encore mieux que moi. Avec le temps j'avais opté pour la carte de l'indifférence et des coups de poings. Et le pire lorsqu'on était comme nous, c'était sûrement qu'on ne risquait pas de se confier à quelqu'un qui fonctionne comme nous : on cherche à rester plus fort quelque soit la situation. Et c'est ce qu'elle faisait en s'éloignant de moi maintenant. Éviter de me montrer à quel point elle était mal. Ne pas se morfondre alors que dieu seul sait à quel point elle en a besoin. Je soufflais un peu, comme rassuré moi aussi de l'avoir senti près de moi à ce moment précis. Mon cœur ne s'en remettait pas.
« T'as pas besoin de t'excuser... C'est normal. »
Mais j'aurais pu me passer des paroles qu'elle me sorti une fois ''calmé''. Je la regardais tout d'abord les yeux écarquillés avant de froncer les sourcils.
«  Pour moi ta vie en vaut largement la peine. Tu es importante pour moi. »
Je n'avais pas la force morale de lui faire un paragraphe argumenté là dessus. Pour moi, la phrase que je venais de dire, se suffisait à elle même et justifiait mon acte. Je ne la laisserais jamais dans la merde. Jamais.
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MOJO JOJO, bad b*tch

› pseudo, prénom : Nadko'
› âge : 21 ans
› emploi : Etudiante
› côté coeur : Est-ce que j'en ai un ?
› petites lettres envoyées : 377


Ma petite vie
To do list:
Rp : Non, pas tout de suite
Répertoire :

MessageSujet: Re: Heart on fire | KALEY ♥ Lun 20 Juil - 20:22

« Pour moi ta vie en vaut largement la peine. Tu es importante pour moi. » Est-ce que c'était vraiment lui qui venait de me dire ça. Mon cœur avait loupé un battement et je n'osais pas le regarder dans les yeux. Mon cœur battait la chamade. Est-ce-qu'il disait ça parce qu'il le pensait vraiment ou est-ce-qu'il disait ça parce qu'il avait pitié de moi ? Non. C'était pas son genre à lui de mentir. Kaleb avait toujours été honnête avec moi : parfois même trop c'était pour ça que c'était si difficile entre nous. J'avais envie d'y croire à ses paroles, plus mon cœur battait plus je me disais que ça ne pouvais qu'être la vérité et je relevais la tête doucement. Des larmes me vinrent aux yeux. Il était tellement beau : même si des cernes s'étaient creusés autour de ses beaux yeux, même si la fumé des flamme avait altéré son teint... Il était beau parce qu'il était la malgré tout. Je posais de nouveau mes deux petites mains timides sur les siennes avant de m'approcher à nouveau et de chercher du réconfort dans ses bras. Je caressais tout doucement ses cheveux et me blottissais peu à peu dans ses bras, m'installant, y faisant mon nid. « Tu es important pour moi ... » ; dis-je tout bas après avoir reniflé et essuyé une larme traître. Je fermais les yeux. Et même si j'avais toujours la conviction que ma disparition de cet planète aurait été une bonne chose j'avais au moins quelqu'un à mes côté qui ne voulait pas que ça arrive. Je ne sais pas combien de temps je restais dans ses bras mais ça dura quelques minutes avant que je ne me redresse et le regarde. « Kaleb... Il faut que tu les laisse t'examiner » ; je savais comme il pouvait se montrer têtu alors il fallait que je me montre plus convaincante que ça. « J'aurais très mal si quelqu'un d'important pour moi était blessé par ma faute tu comprend. » ; j'avais posé une main sur sa joue, nos visage étaient si proche l'un de l'autre, je pouvais sentir son souffle. Mon regard s’égara un moment sur ses lèvres, juste quelque secondes avant de rejoindre ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Heart on fire | KALEY ♥

Revenir en haut Aller en bas

Heart on fire | KALEY ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Ces vérités étranges qui parfois vous traversent l'esprit
» set my heart on fire like gasoline. (dr)
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLD COFFEE :: 
Aux portes de Siloam Springs
 :: South
-
Tweets de @cold_cgossip

dernier article en ligne de gossip ♥