forum rpg city.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  Tumblr Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
COLD COFFEE 2.0
http://afteracoldcoffee.forumactif.org/ http://afteracoldcoffee.forumactif.org/ http://afteracoldcoffee.forumactif.org/

Partagez|

i remember baby come home (mauvedan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
admin ◇ gasoline

› pseudo, prénom : ayshi. (lydia)
› âge : dix-neuf ans et toutes ses dents.
› emploi : stagiaire en journalisme et voleuse.
› côté coeur : célibâtarde depuis son départ.
› petites lettres envoyées : 1526


Ma petite vie
To do list:
Rp : Oui, si nous avons déjà un lien
Répertoire :

MessageSujet: i remember baby come home (mauvedan) Mer 8 Juil - 20:18


i remember baby come home

mauvedan

huit heures du matin, et le monde se réveille. c'est billie, ce chiot baveux et adorable qui me saute dessus, sans pitié. je le prends dans mes bras, et le secoue gentiment, avec l'amour dont je dispose, avant de me rappeler amèrement pourquoi il est là.
aedan.
et, alors que la ville se réveille de son sommeil et de ses rêves, mon cœur, lui, réponds non à l'appel. je soupire et me lève, avant de préparer le remède pour la journée. un café noir. alors que je le buvais si limpide, de l'eau, je m'assombris le cœur à coup de café. pour tenir, ne pas flancher. et je compte. le nombre d'heures à tenir, avant de me coucher. le nombres de minutes, que j'ai a passé. c'est un mantra habituel, une habitude mathématique et stupide, prise dans ces moments de solitudes, dans ces bars, à rire à côtés de ces ivrognes tandis qu'on broie du noir. une fois la boisson avalée d'un trait, je cherche le paquet de clope, et l'envoie valser sur mon lit, avant de rejoindre la douche.
l'eau me coule sur le corps, mais c'est comme si je n'étais pas là. elle est brûlante. dans cette chaleur estivale, je suis le feu qui se consumme lentement. et, sous ce liquide qui glisse sur ma peau, je pense. je pense longtemps, immobile, muette. je pense jusqu'à ce que la vapeur me sorte de l'habitacle. une fois habillée et prête, j'attrape cigarette et laisse. « allez billie, on y va. »
et la porte se referme, pour laisser place aux rues et allées.
le monde se referme sur moi, les femmes, les enfants, ils crient, ils parlent, dans leur cellulaire ou à leur partenaire. j'essaie d'y faire abstraction, d'atténuer le vacarme dans ma tête. alors j'enfile mes écouteurs, et met la musique en marche. can you feel my heart. je me plonge dans la musique, jusqu'à ce que les aboiements de billie me sorte de là.
je retire les écouteurs et la laisse m'échappe des mains : je le vois courir, courir, et ma cadence s'accelère ; je marche, je cours, je m'excuse pour filer entre les gens, jusqu'à ce que je tombe face à face avec un billie tout heureux.
un billie aux pieds d'aedan.
dan.

_________________

fatale

attend... j’en étais où... le problème c’est que même si tu m’disais j’adore j’te croirais pas. je sais plus quand tu joues et quand tu joues pas. j’suis perdue. attend. j’ai pas fini. dis moi qu’tu m’aimes, dis moi juste que tu m’aimes parce que moi j’oserais jamais te le dire la première, j’aurais trop peur que tu crois que c’est un jeu. sauve-moi. j’t’en prie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

› pseudo, prénom : Jeyith
› âge : 23 y.o
› emploi : désormais à la tête de CK, ex-trafiquant d'armes pour un homme qui n'est plus de ce monde
› côté coeur : célibataire, amoureux de sa rouquine.
› petites lettres envoyées : 98


MessageSujet: Re: i remember baby come home (mauvedan) Mer 8 Juil - 20:51

i remember baby come home
mauve & aedan
Le réveil sonne alors que mes yeux sont déjà ouverts depuis trop longtemps. Je n’arrive plus à dormir. Je ne peux plus dormir. Même bourré de tous ces foutus cachets, j’y arrive pas, puisqu’elle n’est pas là. Je repousse le drap enroulé autour de mon pied et me redresse. Le loft est vide. Le chat a disparu. Mauve n’est pas à côté de moi et Billie ne me saute pas dessus pour que je le sorte. Non, c’est vide, comme dans ma tête, comme dans mon cœur. Je passe une main sur mon visage, et me lève pour faire un saut sous la douche. Pour me coiffer. Pour m’habiller. Pour me raser. Pour me parfumer. Pour avoir un air impeccable. Je m’entraine même à sourire. Il faut faire bonne figure, pour CK. Il faut faire bonne figure, pour se donner l’illusion d’aller bien, pour faire croire aux gens qu’on est toujours tout beau, toujours parfait, alors qu’on est bousillé, bouffé de l’intérieur. La chaleur de l’été me consume, et je ne suis pas encore sortit. En descendant dans la cuisine, je lorgne la boîte de céréales restée négligemment sur le bar et hausse les épaules, sans la toucher. Je n’ai pas faim. Je n’ai plus faim. Alors j’me grille simplement une clope. J’me dis que j’dois avoir l’air beau avec mes yeux injectés de sang et cet air un peu effrayant. J’me dis que j’dois être pathétique, dans cette solitude qui me bouffe. J’attrape mes clés, mais pas mon portable. De toute façon, il ne sonne plus, il ne vibre plus. J’ai coupé les ponts avec mes parents. Et les autres sont soit morts, soit font partis du passé. Et le passé, ne faut-il pas l’oublier ? Je sors, la clope encore dans la bouche. Je croise ma voisine de palier, qui me jette un regard plein de pitié. Je la regarde à peine, j’n’ai rien à faire de cette femme. J’n’ai rien à faire des autres non plus. Je marche, dans les rues bondées de Siloam Springs, cette ville qui me retient, alors que j’aimerais tant la fuir. Elle me retient, parce qu’elle est là. Et que même si Mauve n’est plus ma petite amie, elle est toujours cette part de moi qui me donne envie de sourire. Ma cigarette s’éteint, comme ça, d’un coup. Je fronce les sourcils, et tout en la rallumant, j’entends un aboiement. Des chiens, il peut y en avoir des milliers. Mis des chiens roux, et cet aboiement là, il n’y en a pas cinquante. Je baisse les yeux sur l’akita inu qui me saute dessus, qui aboie, qui remue la queue comme un fou. « Billie ! » Je m’accroupis, caressant notre chien. Enfin celui de Mauve. Il à l’air content de me voir et un petit sourire se dessine. « Qu’est-ce que tu fiches ici ? » j’attrape le morceau de laisse qui a certainement dû échapper à sa propriétaire. Je lève les yeux et c’est les cheveux roux de Mauve que je remarque en premier. Bordel. Je me redresse, bien trop vite pour que ça paraisse naturel. On dirait un gosse. J’a toujours l’air d’un gosse avec elle. Je jette un œil à Billie qui s’est couché, remuant les fesses l’air de dire « viens on joue ». Je me racle la gorge. « Salut. » Je frotte mes cheveux. Qu’est-ce que je peux bien lui dire de plus ? « Euh, je crois que c’est à toi. » je lui tends la laisse, évitant à tout prix de la regarder dans les yeux. Parce que ça me ferait encore plus mal de ne pas pouvoir la serrer dans mes bras. « Sacré Billie… »
© flappy bird.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ◇ gasoline

› pseudo, prénom : ayshi. (lydia)
› âge : dix-neuf ans et toutes ses dents.
› emploi : stagiaire en journalisme et voleuse.
› côté coeur : célibâtarde depuis son départ.
› petites lettres envoyées : 1526


Ma petite vie
To do list:
Rp : Oui, si nous avons déjà un lien
Répertoire :

MessageSujet: Re: i remember baby come home (mauvedan) Jeu 9 Juil - 21:04


i remember baby come home

mauvedan

je cours, je cours, et pendant quelques secondes, je retrouve cette sensation, durant quelques secondes, d'avoir enfin un but. ne serait-ce que durant ça. ces quelques minutes de course effrénée. je retrouve ce souffle dans mes cheveux, je retrouve l'air qui glisse sur ma peau, mes yeux qui papillonnent, et soudainement, je m'arrête.
tout s'arrête, parce qu'il est là. toujours plus beau, toujours plus brillant. je m'arrête, et malgré que je tente de calmer mon cœur, il ne veut pas, il ne veut plus. et billie est à ses pieds, il se remue, ce chien, tout roux. ce chien qui retrouve enfin son maître, tout heureux.
tellement heureux, que c'est aedan qui tient la laisse, accroupi, tandis que l'akita lui crie des yeux qu'il veut jouer. mais il me voit.
il me voit, et il se relève, un peu trop vite, un peu trop fort. j'esquisse un sourire tremblant, un peu hésitant. « salut. » je m'approche, de manière à récupérer billie.
peut-être qu'il a pris mon cœur, mais il ne m'arrachera pas mon chien. enfin, la vérité, c'est que c'est notre chien. je me mords la lèvre, avant d'enfin lâcher, à la fois soulagée et à contre-cœur.
« hey. »
je l'ai quitté, et à peine quelques jours après, je me retrouve face à lui, des milliards de souvenirs dans les yeux. mais mes yeux, aedan, il les évite, et c'est de ma faute.
je l'ai quitté. c'est encore irréalisable pour moi. même si, en quelques sorte, il a provoqué cette rupture, c'est moi qui ai dit stop. et maintenant ?
« euh, je crois que c’est à toi. » il me tends le morceau de laisse, un peu déchiré, mal en état. je l'attrape, et nos mains se frôlent.
c'est comme si un millier d'étoiles me traversaient de part en part. elles éclatent et me donnent des frissons. « merci. » puis il rajoute, avant de regarder une énième fois le chiot, « sacré billie… »
je lève le regard vers lui. je ne devrais pas, je devrais partir, en toute bonne ex, mais... « je crois qu'il veut rester un peu avec toi. » je me baisse pour le caresser un peu, avant de rajouter, concentrée sur le chien. « j'allais continuer encore un peu le chemin, donc si tu veux profiter de billie... c'est maintenant ou jamais. »

_________________

fatale

attend... j’en étais où... le problème c’est que même si tu m’disais j’adore j’te croirais pas. je sais plus quand tu joues et quand tu joues pas. j’suis perdue. attend. j’ai pas fini. dis moi qu’tu m’aimes, dis moi juste que tu m’aimes parce que moi j’oserais jamais te le dire la première, j’aurais trop peur que tu crois que c’est un jeu. sauve-moi. j’t’en prie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

› pseudo, prénom : Jeyith
› âge : 23 y.o
› emploi : désormais à la tête de CK, ex-trafiquant d'armes pour un homme qui n'est plus de ce monde
› côté coeur : célibataire, amoureux de sa rouquine.
› petites lettres envoyées : 98


MessageSujet: Re: i remember baby come home (mauvedan) Ven 10 Juil - 10:01

i remember baby come home
mauve & aedan
Je ne la regarde pas. J’ai trop peur de fondre en larmes une fois de plus et de passer pour le petit Caliméro. Alors je fuis, j’esquive son regard. Par chance, j’ai Billie que je peux regarder et qui me fais doucement sourire. Elle attrape la laisse, nos mains se frôlent et mon cœur rate un battement. Merde. Pourquoi est-ce qu’elle est là déjà ? Je recule d’un pas après ce contact inattendu et je passe une main dans mes cheveux, prenant ma clope encore éteinte avec l’autre. Sa voix s’élève tandis qu’elle caresse le chiot, déjà grand. Je regarde sa chevelure de feu, ne saisissant pas vraiment l’essence de ses mots. Et puis elle me lâche que si je veux profiter du chien, c’est maintenant ou jamais. Je fronce un peu les sourcils. La première réaction qui me traverse l’esprit est de tout refuser, un non catégorique, qui sortirait du fond du cœur, un non qui me ferait croire que j’ai encore un peu d’indépendance par rapport à elle, un non qui me soufflerait « t’es grand, t’as pas besoin d’elle, montre-le lui ! » mais à la place de ça, je gratte ma nuque, regardant Billie, qui comme pour appuyer les propos de sa maîtresse jappe de contentement. L’ombre d’un sourire passe sur mon visage et je fais mine de regarder ma montre. Je fais mine d’être le garçon hyper occupé, d’être celui qui doit courir à droite et à gauche alors que maintenant, je dois juste me contenter de sourire aux photographes et de faire de longs et chiants discours sur la marque qui s’arrache aux quatre coins de la planète. « J’vous suis. C’est vrai qu’il me manque aussi. » Je pose mon index sur la truffe du chien qui louche dessus. Et puis je peux profiter un peu d’elle, un peu de son odeur que le léger vent me ramène toutes les cinq secondes dans les narines et qui me donne irrésistiblement envie de la prendre dans mes bras et de l’embrasser comme un fou. Mais non, je sais quand même me retenir. J’vais me contenter de … ne pas lui parler et de promener Billie avec elle, l’espace de quelques minutes. Je jette ma cigarette à peine entamée et enfonce mes mains dans mes poches. J’ai tellement peur de la frôler que je marche assez loin d’elle quand même. Je mords ma lèvre alors que le silence s’installe. J’aimerais lui dire je t’aime. Parce que je l’aime. « Vous alliez où du coup ? »  pas curieux pour un sou, j’ai juste envie d’entendre sa voix. Même si elle n’est pas aussi joyeuse que d’habitude. Même si elle est moins fataliste que l’autre nuit. Je tâte mes poches pour attraper mon portable, avant de me souvenir que je l’ai laissé sur le meuble dans l’entrée du loft. Je soupire. Tant pis, je ne pourrais pas faire semblant d’avoir une vie sociale hyper prenante pour esquiver le mal-être qui m’envahit. Une odeur me chatouille le nez, mais ce n’est pas elle de Mauve (et heureusement, parce que si elle sentait le burger, je me poserais des questions). L’odeur d’un fast-food. J’attrape le poignet de la rousse, oubliant le temps d’une phrase que non, elle n’est plus ma petite amie. « Eh, Mauve, t’as déjà goûté le frappé au marshmallow ? C’est une tuerie ! » On dirait un gosse qui parle d’une attraction à Disney-Land. Me rendant compte de la spontanéité de la chose, je lâche son poignet en clignant des yeux. « Euh, désolé. C’est … je … l’habitude. » je range vite ma main dans poche, et shoote dans un caillou. Putain.
© flappy bird.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ◇ gasoline

› pseudo, prénom : ayshi. (lydia)
› âge : dix-neuf ans et toutes ses dents.
› emploi : stagiaire en journalisme et voleuse.
› côté coeur : célibâtarde depuis son départ.
› petites lettres envoyées : 1526


Ma petite vie
To do list:
Rp : Oui, si nous avons déjà un lien
Répertoire :

MessageSujet: Re: i remember baby come home (mauvedan) Sam 11 Juil - 14:01


i remember baby come home

mauvedan

alors que nos mains se touchent, se frôlent, sans vraiment s'attraper, se déliant rapidement, c'est comme si un millier d'étoiles, de lumières, de galaxies parcouraient ma peau, jouant avec mes nerfs et mes sensations. comme touchée, avec la peur de couler, je la retire et il recule, sûrement atteint en plein cœur, lui aussi. mes yeux se posent sur mes chaussures, tandis que je range cette main brûlée de cet amour malsain dans la poche de mon short, avec ce sentiment indélébile de son toucher.
comme si il avait réussi à s'y graver.
et puis, stupide gosse, je m'enfonce dans le labyrinthe, lui proposant de venir, de m'accompagner, fébrile, un peu détachée, c'est vrai. je ne le regarde pas,  ou du moins, je fais comme-ci, faussement attirée par le chien, par ce billie, tout fou, sûrement plus heureux qu'moi de vivre.
et dan, tandis que je propose presque innocemment, il regarde sa montre, sûrement bien plus occupé que moi. oh c'est vrai. c'est lui qui a pris la relève de ck. je me mords la lèvre, prête à m'excuser, à le laisser passer, s'en aller, quand finalement, ses lèvres mouvent. « j’vous suis. c’est vrai qu’il me manque aussi. » il jette sa clope et je me relève, le cœur battant un peu trop vite, un peu trop fort.
alors qu'il faut pas, faut pas. je croise son regard, sans l'ombre d'un sourire, enfin si, y'en a un, il est opaque, pas très visible, mais il est là. puis c'est à mon tour d'chercher une clope, quelque chose pour m'occuper. je l'allume, et le feu entre mes doigts, le feu dans mes mains, il me réchauffe, et ce feu, il me rappelle ma folie, ma vie d'avant, cette fièvre entraînante, avant lui, avant cet amour digne d'un tonnerre, d'une tirade à rimbaud, jetée à la poubelle, trop mauvaise, trop hurlante. une fois allumée, j'expire la fumée, le menton haut, et billie il jappe, il s'amuse de ce scénario.
aedan et mauve, côte à côte. sans se toucher, sans se parler. on avance. on avance, et peut-être qu'en fait, on continue notre chemin à deux ? secrètement j'espère.
mais je dis rien, jusqu'à ce que ce soit lui qui demande, pour combler le silence. « vous alliez où du coup ? » on va où ? normalement, on va pleurer près de la rive, on va pleurer mes cris de joies, mes cris guerres, on va pleurer mes peines et mes aubaines. on va pleurer dans la fumée des clopes et j'enchaîne, tandis que billie, billie il sèche mes larmes de sa langue rugueuse.
mais pas cette fois. « on a pas vraiment de destination précise... on va au grès du vent. là où les gens nous mènent. » j'expire à nouveau la fumée, créant des volutes sombres, et elles s'éloignent d'aedan, tandis qu’inconsciemment, c'est moi qui m'en rapproche. et, alors que les minutes passent et que le temps s’engrainent, que le temps passe et que le jour change, victime incessante des hautes lumières, aedan, il m'attrape le poignet, me faisant lâcher cette cigarette dans un sursaut. « eh, mauve, t’as déjà goûté le frappé au marshmallow ? c’est une tuerie ! » c'est spontané, c'est comme si, si rien n'avait jamais changé. il lâche mon poignet et je le regarde, presque triste. « euh, désolé. c’est … je … l’habitude. » je regarde le bâtiment, avant de lui tendre la laisse et de dire, résolue. « attends moi. » et je le laisse planter là, tandis que j'entre dans le magasin. je passe vite fait à la caisse, et me ramène avec deux frappés.
au marshmallow.
je le lui tends, un sourire amusé aux lèvres. « tiens. »

_________________

fatale

attend... j’en étais où... le problème c’est que même si tu m’disais j’adore j’te croirais pas. je sais plus quand tu joues et quand tu joues pas. j’suis perdue. attend. j’ai pas fini. dis moi qu’tu m’aimes, dis moi juste que tu m’aimes parce que moi j’oserais jamais te le dire la première, j’aurais trop peur que tu crois que c’est un jeu. sauve-moi. j’t’en prie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

› pseudo, prénom : Jeyith
› âge : 23 y.o
› emploi : désormais à la tête de CK, ex-trafiquant d'armes pour un homme qui n'est plus de ce monde
› côté coeur : célibataire, amoureux de sa rouquine.
› petites lettres envoyées : 98


MessageSujet: Re: i remember baby come home (mauvedan) Sam 11 Juil - 16:10

i remember baby come home
mauve & aedan
Elle a toujours été un peu poète dans sa façon d’être ma Mauve. Elle me manque, sa façon de me crier dessus, ses câlins, ses baisers et son rire. Ils ne vont nulle part. Juste, ils errent, au gré du vent, au gré des gens. Alors je hoche la tête, parce que c’est la seule chose à faire. Je ne vais pas lui dire « ouah, mais c’est trop génial », parce que non, je ne trouve pas ça génial. J’aime bien marcher avec un but à atteindre, une destination précise, et pas bader dans la rue, auprès de mille inconnus. Et puis on est là, on marche en silence, avec un Billie tout amusé. Et moi j’ai envie de partir, de prendre mes jambes à mon cou et de la laisser là, sur le pavé, de partir. De fuir. De pleurer. Pleurer Mauve, pleurer Aedan, parce que Mauvedan n’est plus. Pleurer les baisers et les étreintes cachées des yeux des curieux. Mais à la place de faire tout ça, j’ai une réaction débile, d’un attardé. J’attrape son poignet, et je crie, presque spontané. Je crie, comme j’aimerais qu’elle rit. Je crie comme si j’avais oublié, oublié que nous deux c’est du passé. Et j’lui parle du frappé rose bonbon, celui au goût sucré. Et Mauve, elle me regarde avec des yeux tristes, avec des yeux qui puent la tristesse et qui font remonter toute ma culpabilité. Elle s’éloigne, me laissant la laisse dans les mains. « Attends-moi ». Je ne sais pas. Je peux fuir, accroché Billie au poteau et partir, partir pour ne plus revenir. Prendre un avion, et aller dans un endroit où tu n’serais plus là, Mauve. Mais je reste pourtant là, figé comme une statue de glace, sans trop comprendre ma propre connerie. J’attends, quelques longues minutes. Je me demande si elle n’est pas partie sans crier gare, comme je l’ai si souvent fait. Si c’n’est pas elle qui est partie pour toujours. À cette idée, mon cœur se met à battre plus vite, plus fort. Trop fort. Reviens. S’il te plaît. Me laisse pas, pas là. J’connais personne à part ton chien, j’veux pas qu’tu partes, j’veux encore voir tes joues, puis tes yeux, puis tes lèvres. J’veux encore marcher avec toi, t’attraper par le bras, même si c’est juste pour te dire des trucs débiles. Alors que la panique me gagne, elle revient. Et dans ses mains, il y a deux frappés. Roses clairs. Au marshmallow. Sur mon visage, on peut clairement y lire la surprise. Mais une douce surprise, avec ce sourire débile qui revient sur mes lèvres. J’attrape celui quelle me tends, souriant de toutes mes dents. « Oh, merci. » Je me sens con. Tellement. D’avoir eu si peur, l’espace de quelques minutes. Je lui rends la laisse, passant une main sur mon visage. Un abruti pareil, on en fait plus. J’ai envie de l’embrasser. Mais je recule à la place. Je sirote une gorgée glacée du frappé, et je soupire, comme apaisé. La chaleur m’étouffe. Mais ce qui m’étouffe le plus, là, ce sont les sentiments qui se mélangent, qui se bousculent : la haine, la colère, la culpabilité, le dégoût, la peur, l’amour. J’ai envie de prendre sa main, de lui promettre que tout ça c’est finis, puisqu’il est mort, Kristjan. Mais si je ne peux pas, je lui dois au moins des explications. « Tu connaissais Kristjan Stancović ? » Je ne la regarde plus, et je retiens mon souffle. « Ecoute, je cherche pas à me remettre avec toi. » enfin si. « Mais t’as le droit à des explications. » puis, ponctuant ma phrase d'un rire : « Puis même si tu veux pas, t’as pas le choix. De m’écouter. »
© flappy bird.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ◇ gasoline

› pseudo, prénom : ayshi. (lydia)
› âge : dix-neuf ans et toutes ses dents.
› emploi : stagiaire en journalisme et voleuse.
› côté coeur : célibâtarde depuis son départ.
› petites lettres envoyées : 1526


Ma petite vie
To do list:
Rp : Oui, si nous avons déjà un lien
Répertoire :

MessageSujet: Re: i remember baby come home (mauvedan) Dim 12 Juil - 15:19


i remember baby come home

mauvedan

je le laisse seul, seul face à lui-même, et ses erreurs, et ses départs, et sa culpabilité. juste durant quelques minutes, je m'en vais, avec l'illusion de ne jamais revenir. de ne devenir que souvenir et rêve lointain, idylle rompue. mais est-ce que j'en serais capable, de partir, de le retirer de mon cœur, aedan ? pendant que je traverse la route, m'éloignant à chaque pas, je réalise que c'est impossible. que rien que de le quitter, le temps de deux frappés, je ressens comme ce gouffre qui se rouvre, béant et affamé. affamé de solitude et de ressentiment.
pourtant, il m'a tellement fait mal. il m'a tellement blessé, salie, j'ai tellement pleuré et hurlé, que je n'arrive pas à le pardonner. pas encore, pas maintenant. c'est trop douloureux, trop récent.
mais je me raccroche encore. comme une folle, je m'y rattrape, parfois. ça peut paraître fou, presque malsain, mais il est le poison et le remède. et seul le temps refermera les blessures.
je rentre dans le fast-food, et les odeurs me submergent, contrastant avec celle que j'ai sur la peau, celle d'une clope prise d'un feu, d'un feu vivant. je m'approche de la caisse, et commande. « deux frappés, au marshmallow, s'il vous plaît. » je patiente un peu, avant de payer. puis je m'en vais, les boissons en main, paille en l'air. je me permets même d'en boire un peu, savourant le goût sucré du marshmallow.
une fois proche de là où nous étions, je crains qu'il soit parti. qu'il se soit enfui, alors, j'accélère, môme effrayée.
mais il est là. je pousse un soupir de soulagement, avant de revenir, sourire taquin sur les lèvres. « oh, merci. » je bois un peu du mien, avant de lâcher. « par contre, j'ai un peu bu du tien, tu m'en veux pas ? » je lui lance un regard, avant de me reconcentrer sur mon frappé. nous sirotons en silence, avant qu'il le brise, par une question simple. simple mais qui me fait frissonner. « tu connaissais kristjan stancović ? » je hôche la tête, marmonnant. « ouais. » mais ce n'est pas moi qu'il regarde. oui je le connaissais.
oui, c'était mon boss. oui, j'étais strip-teaseuse. je baisse les yeux. « écoute, je cherche pas à me remettre avec toi. » j'ai un pincement au cœur, comme si il m'avait blessé, mais je ne dis rien. après tout, c'est moi qui l'ai quitté, non ? « mais t’as le droit à des explications. » des explications ?
de kristjan ? je fronce les sourcils, avant qu'il ne rajoute dans un petit rire. « puis même si tu veux pas, t’as pas le choix. de m’écouter. » « je... je t'écoute. »
mais est-ce que j'ai vraiment envie de savoir ?

_________________

fatale

attend... j’en étais où... le problème c’est que même si tu m’disais j’adore j’te croirais pas. je sais plus quand tu joues et quand tu joues pas. j’suis perdue. attend. j’ai pas fini. dis moi qu’tu m’aimes, dis moi juste que tu m’aimes parce que moi j’oserais jamais te le dire la première, j’aurais trop peur que tu crois que c’est un jeu. sauve-moi. j’t’en prie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

› pseudo, prénom : Jeyith
› âge : 23 y.o
› emploi : désormais à la tête de CK, ex-trafiquant d'armes pour un homme qui n'est plus de ce monde
› côté coeur : célibataire, amoureux de sa rouquine.
› petites lettres envoyées : 98


MessageSujet: Re: i remember baby come home (mauvedan) Dim 12 Juil - 16:14

i remember baby come home
mauve & aedan
Son « ouais » me fait tiquer. Mais en même temps, qui ne connaissait pas Kristjan ? Il avait été à l’origine de la fusillade à Siloam. Il avait fait tellement de choses. Elle m’écoute. Fébrile, mais elle m’écoute. Je sais qu’elle va me prendre pour un fou, un tueur peut-être même et qu’elle va me crier dessus et me dire de ne plus jamais l’approcher. Mais je comprendrais, parce que, j’aurais peur à sa place. J’aurais peur de moi, j’aurais peur de nous. Je sirote mon frappé, avant d’inspirer. « Un peu … avant noël, je suis allé dans la bar de Kristjan. » Oui, déjà, mauvais point, ça fais le petit-ami infidèle qui va voir les strip-teaseuses. Je me mords la lèvre, tout en lui jetant un regard en coin. « C’était l’anniversaire d’un pote de passage à Siloam. Et j’étais … ouais, bourré. J’me suis trompé de porte, au lieu des toilettes, c’est dans son bureau que je suis entré. » Je mords ma langue en repensant aux heures les plus terrifiantes de ma vie. J’ai cru mourir dans cette petite pièce, avec ce couteau contre ma cuisse et la belle dans l’épaule. Je remue le frappé avec ma paille, plongé dans ces douloureux souvenirs. « Si tu as souvenir de Kristjan, tu dois savoir qu’il n’est pas … tendre. J’ai eu la peur de ma vie ce soir là, j’ai cru … j’ai cru que j’allais mourir. Tu te souviens, mon bandage à l’épaule ? Je … j’m’étais pris une balle. » Tout fuse, j’ai l’impression de lui raconter une histoire, et pourtant, celle-ci est bien réelle. « Il a su que j’étais un Klein. Et il a … enfin j’en avais trop entendu. Alors il a décidé que ma notoriété pourrait … l’aider dans son travail. » je souffle, comme un môme pris la main dans le sac. « C’était du trafic d’armes. » J’en ai les jambes qui flageolent et une folle envie de vomir. Je regarde Mauve, pour trouver un peu de courage, pour continuer mon récit. « J’ai été impliqué là-dedans contre mon gré. J’voulais pas … j’avais peur que … j’sais pas qu’il t’arrive un truc à cause de moi. Alors j’ai bossé pour lui. Mes excursions, elles étaient en partie en pour ça, pour aller vendre, récupérer des armes, des informations, etc … » Mes mains tremblent, ma voix aussi. « Je … j’suis désolé. » Mais je n’ai pas terminé. « Et puis … la dernière s’est mal passée. Y’avait cette fille … Sky … je sais pas pourquoi, elle m’a fais tué ce pauvre gars. Il était plus jeune que moi et j’ai … » Je revois encore le visage du pauvre garçon apeuré, et j’entends encore la voix de Skylee, qui me souffle un « tire », presque cruel. Je revois le garçon tomber sur le carrelage, y répandant tout son sang et puis mes larmes qui s’étaient mises à couler toutes seules. J’entends encore son râle d’agonie et puis les murmures de Sky qui essaient de me réconforter. « Et … et si tu savais comme j’avais envie que … que tu sois à mes côtés à ce moment là … » sans que je m’en sois aperçut, des larmes coulent le longs des mes joues, traitresses de ma faiblesses, perles de cruauté. J’en laisse tombé mon frappé, pris d’un sursaut de panique. Mes mains, mon corps, tout tremble et j’essaie de me calmer. Mais rien n’y fait, j’ai peur. J’ai bien trop peur. Mais Mauve est là, cette fois. « Ex-excuse-moi, j’ai l’air de … » il n’y a même pas de mots. J’ai l’air d’un lâche. « J’ai eu tellement peur … qu’il te fasse du mal. » je souffle ces derniers mots, une main essuyant les larmes assassines.
©️ flappy bird.


Citation :
ok, dan est une lavette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ◇ gasoline

› pseudo, prénom : ayshi. (lydia)
› âge : dix-neuf ans et toutes ses dents.
› emploi : stagiaire en journalisme et voleuse.
› côté coeur : célibâtarde depuis son départ.
› petites lettres envoyées : 1526


Ma petite vie
To do list:
Rp : Oui, si nous avons déjà un lien
Répertoire :

MessageSujet: Re: i remember baby come home (mauvedan) Mer 15 Juil - 18:15


i remember baby come home

mauvedan

kristjan. depuis quand n'en a t-on plus entendu parlé de lui ? longtemps, et c'est reposant. mais voilà qu'aedan, qui semble enfin me donner des raisons, évoque son nom.
ça me fout des frissons, sans trop poser de questions. et il commence son récit, ses terribles explications.
qui, répondront à toutes cette multitude de questions. « un peu … avant noël, je suis allé dans la bar de kristjan. c’était l’anniversaire d’un pote de passage à siloam. et j’étais … ouais, bourré. j’me suis trompé de porte, au lieu des toilettes, c’est dans son bureau que je suis entré. si tu as souvenir de kristjan, tu dois savoir qu’il n’est pas … tendre. j’ai eu la peur de ma vie ce soir là, j’ai cru … j’ai cru que j’allais mourir. tu te souviens, mon bandage à l’épaule ? je … j’m’étais pris une balle. il a su que j’étais un klein. et il a … enfin j’en avais trop entendu. alors il a décidé que ma notoriété pourrait … l’aider dans son travail. c’était du trafic d’armes. j’ai été impliqué là-dedans contre mon gré. j’voulais pas … j’avais peur que … j’sais pas qu’il t’arrive un truc à cause de moi. alors j’ai bossé pour lui. mes excursions, elles étaient en partie en pour ça, pour aller vendre, récupérer des armes, des informations, etc … je … j’suis désolé. et puis … la dernière s’est mal passée. y’avait cette fille … sky … je sais pas pourquoi, elle m’a fais tué ce pauvre gars. il était plus jeune que moi et j’ai … » j'écoute, muette. j'ai arrêté de boire le frappé, incapable de bouger. mais il ne finit pas sa phrase, que j'ai compris. il l'a tué. « et … et si tu savais comme j’avais envie que … que tu sois à mes côtés à ce moment là … ex-excuse-moi, j’ai l’air de … j’ai eu tellement peur … qu’il te fasse du mal. » son frappé s'écrase au sol et des larmes forment des rivières sur ses joues. complètement perdue et meurtrie, je m'approche de lui, les lèvres tremblantes, pour effacer ses larmes. je les essuies de mes pouces, de mes paumes, essayant de le rassurer. « dan... ça va aller, c'est fini. tout va bien maintenant, alors ne pleure plus. » il pleure, il tremble, et ça me brise le cœur.
parce qu'il était bourré, il en a payé.
en voulant me protéger, il a du me quitter.
en voulant sauver sa peau, il a du tuer.
et, je suis là, à garder ce secret, ces raisons, avec lui. je suis là à sécher ses larmes.
mais je l'ai quitté. et malgré son histoire, je n'arrive pas encore à le pardonner. je n'arrive pas à me dire qu'il m'a tout caché.
dans mon monde, tout ça, c'est normal. braquer, planter, voler, coucher, se venger. mais lui, il vient juste d'en voir les immondices. un sourire triste, peiné, sur le visage, je le réconforte et lui tient le visage. « je suis là. je te le promets. et ils ne me feront aucun mal. alors ne t'inquiète plus. » je m'humècte les lèvres, un peu bancale, un peu stressée. « je sais que ça va être dur de reprendre une vie normale, que tu pourras jamais oublier ça, mais tu vas y arriver. t'inquiète. » je lui offre un sourire, avant de déposer un baiser au creux de ses lèvres, puis un second sur son front.
maintenant, il sait. mais il ne sait pas que moi, j'y étais aussi. en secret. et depuis tellement longtemps.
tellement que s'en est devenue une habitude, que de se réveiller avec la possibilité de ne pas pouvoir se recoucher.

_________________

fatale

attend... j’en étais où... le problème c’est que même si tu m’disais j’adore j’te croirais pas. je sais plus quand tu joues et quand tu joues pas. j’suis perdue. attend. j’ai pas fini. dis moi qu’tu m’aimes, dis moi juste que tu m’aimes parce que moi j’oserais jamais te le dire la première, j’aurais trop peur que tu crois que c’est un jeu. sauve-moi. j’t’en prie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

› pseudo, prénom : Jeyith
› âge : 23 y.o
› emploi : désormais à la tête de CK, ex-trafiquant d'armes pour un homme qui n'est plus de ce monde
› côté coeur : célibataire, amoureux de sa rouquine.
› petites lettres envoyées : 98


MessageSujet: Re: i remember baby come home (mauvedan) Jeu 16 Juil - 12:44

i remember baby come home
mauve & aedan
Merde. Je pleure, tremblant. Les gens qui passent dans la rue doivent se dire que je suis … je sais pas moi, vraiment pas bien dans mes godasses. Et ils n’ont pas tout à fait tords. Et puis y’a Mauve, qui ne sait pas quoi dire, qui me regarde avec ses grands yeux clairs, qui essaie de me calmer. Et puis, ses pouces essuient mes larmes, doucement. Je la regarde, sans vraiment trop savoir quoi faire. L’attraper dans mes bras, la repousser ? J’hésite, j’hésite tellement qu’au final, je ne fais rien. J’essaie juste de me concentrer sur sa voix, sa voix qui me dit que tout se passera bien, que ça va aller, qu’elle est là. J’ai envie de lui lancer un « menteuse », mais ça ne ferait qu’aggraver les choses, alors je me tais. Elle me regarde, avec ce sourire triste, qui m’arrache le cœur. Elle me dit que j’oublierai tout ça. Je ne relève pas, mais c’est comme si elle avait déjà vécu tout ce que je viens de lui dire, que pour elle tout ça est d’ne normalité sans pareil. Et alors que je m’apprête à lui faire une remarque là-dessus, ses lèvres viennent effleurer les miennes, dans un baiser de réconfort. Et puis un second vient se poster sur mon front. Je cligne des yeux. Avale ma salive. Et recule d’un pas. Maintenant, j’ai encore plus envie de la prendre dans mes bras. J’essuie mes dernières larmes d’un geste du bras. J’ai envie de vomir, j’ai le cœur au bord des lèvres et une boule dans l’estomac. Je hoche la tête, les yeux rivés sur le sol. J’me sens nul. Une fois l’anxiété retombée, j’ai l’impression de n’être qu’un lâche, bon juste à pleurer. Je regarde Mauve dans les yeux, j’ancre mon regard dans le sien. Et je lâche, comme un automate : « Merci. » Mais je ne sais pas, si au final je me dois de la remercier, ou si au contraire, je me dois de l’engueuler. Tu ne m’aimes plus non ? Alors laisse-moi, m’embrasse pas comme ça. Et putain, me regarde pas. Me touche pas, m’approche pas en fait. Ça me fait mal, tellement mal. J’ai juste envie de te serrer contre moi de t’embrasser et comme avant, de t’offrir mes sentiments. Alors soit pas comme ça, soit pas comme ça si t’as mis fin à notre monde Mauve. Soit pas comme ça, j’sais pas, repousse moi, m’invite pas à te suivre. M’incite pas à t’aimer encore plus. « Je suis désolé. J’aurais pas du pleurer comme ça. Pas devant toi. » Je mords ma lèvre inférieure. C’est la deuxième fois. La deuxième fois que je craque devant elle. Pourquoi est-ce qu’elle à ce truc, cette petite chose qui fait que j’ai envie d’être naturel, aussi naturel que possible, avec elle ? Je regarde Billie, qui est couchés sur les pavés de la rue, attendant certainement que Mauve et moi on se remette en route. Je la regarde, je ne sais pas vraiment quoi lui dire. Je t’aime ? Trop bateau. Trop futile j’ai l’impression. Alors je me contente de baisser les yeux, encore, vers le sol. Puis de la regarder, à nouveau. Avant d’attraper son menton, de m’approcher. Et de glisser un baiser sur sa joue. « Merci pour cette balade. Merci pour le frappé. Merci de m’avoir écouté. » Je la lâche et je recule. Je mets une main dans ma poche, puis je soupire. « Salut, Mauve. » J’ai le cœur qui saigne, la tête qui hurle. Mais c’est comme ça. Nous deux c’est terminé. Et je ne veux pas souffrir et la faire souffrir. Alors j’offre une dernière caresse à Billie, un dernier regard à Mauve et je lui tourne le dos, revenant sur mes pas. Je ne veux plus l’aimer. J’n’était jamais tombé amoureux avant elle. Et maintenant, à mon tour de voir ce que ça fait, de se séparer. Tu s’ra longue à oublier Mauve.
©️ flappy bird.


Citation :
c'est finis pour moi ! tu peux répondre si tu veux, ou archiver, c'est comme tu le sens !  
On attends de voir s'ils se parlent au Bonfire, ou on ouvre un autre sujet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ◇ gasoline

› pseudo, prénom : ayshi. (lydia)
› âge : dix-neuf ans et toutes ses dents.
› emploi : stagiaire en journalisme et voleuse.
› côté coeur : célibâtarde depuis son départ.
› petites lettres envoyées : 1526


Ma petite vie
To do list:
Rp : Oui, si nous avons déjà un lien
Répertoire :

MessageSujet: Re: i remember baby come home (mauvedan) Jeu 16 Juil - 16:25

RP TERMINE  Petit Coeur

_________________

fatale

attend... j’en étais où... le problème c’est que même si tu m’disais j’adore j’te croirais pas. je sais plus quand tu joues et quand tu joues pas. j’suis perdue. attend. j’ai pas fini. dis moi qu’tu m’aimes, dis moi juste que tu m’aimes parce que moi j’oserais jamais te le dire la première, j’aurais trop peur que tu crois que c’est un jeu. sauve-moi. j’t’en prie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: i remember baby come home (mauvedan)

Revenir en haut Aller en bas

i remember baby come home (mauvedan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» azel ►i remember "baby come home"
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Baby Deoxys alias Deox
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLD COFFEE :: 
Viens prendre un morceau de cake au citron
 :: Archive RPG
-
Tweets de @cold_cgossip

dernier article en ligne de gossip ♥